Billets

Système mafieux - par JPG le 20/11/2010 - 13:15

Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Pourquoi Yade a été virée et autres questions - par JPG le 15/11/2010 - 20:51

Les questions et les réponses - l'ensemble fort instructif - sont sur le site de Rue89.
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Rapport du HCE sur le collège - par JPG le 10/10/2010 - 20:58

"Le Haut conseil de l'éducation (HCE) propose en ce mois d'octobre 2010 un bilan des résultats du collège.
[Il] se trouve aujourd'hui dans une situation préoccupante : performances des élèves médiocres et en baisse, inégalités de réussite d'origine sociale accrues, malaise enseignant, problèmes de vie scolaire qui se multiplient.
Après avoir analysé les causes de cette situation, le HCE émet plusieurs recommandations réunies autour de 3 axes : assurer à chaque élève la maîtrise du socle commun à la fin de la scolarité obligatoire, objectif assigné par la loi du 23 avril 2005, en passant du "collège unique" à l'"Ecole du socle commun" ; assurer aux enseignants une formation pour mettre en oeuvre des pratiques pédagogiques permettant de faire réussir tous les élèves ; octroyer aux établissements plus de responsabilités dans leur organisation pédagogique."
(La Documentation française)

Le rapport complet (46 pages) (pdf)
Sommaire et extraits (site de la Documentation française) - voir en bas de page
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Quelle direction d'école ? - par JPG le 10/10/2010 - 20:47

Quelle direction pour l’école du XXIe siècle ?
Rapport de Frédéric Reiss, député du Bas Rhin - septembre 2010.

* Revoir l’organisation territoriale du service public de l’éducation, notamment en consolidant les regroupements d’écoles
* Laisser expérimenter les établissements publics du primaire (E2P)
* Placer le contrat éducatif au centre du pilotage de proximité
* S’appuyer sur les leaders pédagogiques, les directeurs d’école
* Créer un observatoire des bonnes pratiques
* S’engager sans tarder dans la perspective de futures écoles du socle commun
* Conclure un pacte éducatif entre services de l’État et collectivités
* Améliorer le poste de pilotage en recentrant les inspecteurs de l’Éducation nationale sur leur cœur de métier
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Effectifs par classes - par JPG le 18/09/2010 - 13:15

Le ministère a pour projet d'augmenter le taux moyen d'élèves par classe, des études montrant la non corrélation entre ce taux et la réussite des élèves.

Je ne suis pas cette logique ; à force de tirer sur la corde elle casse, c'est de mon point de vue ce qui risque fort d'arriver.

Cependant... Un enseignant peut être débordé avec trois gamins alors qu'un autre gèrera sans problème un groupe de 30.
Je livre à votre réflexion ce commentaire du pseudo "Vieux taxi", lu sur un forum :

"Une classe est d'abord un groupe, c'est à dire bien plus qu'une somme d'individus... "l'élève" n'existe guère que sur le papier et la pédagogie n'est pas qu'une relation maître-élève mais bien davantage une relation professeur-classe. La cohérence et la dynamique du groupe sont les facteurs déterminants, plus que le nombre des individus. Le professeur doit analyser le fonctionnement du groupe, identifier les leaders ( qui ne sont pas forcément les forts en thème mais plutôt ceux qui s'imposent sur la cour) , construire son autorité en organisant son pouvoir dans le groupe et en organisant les rivalités au service de la compétence. Tout cela suppose des capacités de langage qui n'ont pas grand chose à voir avec l'eau bénite des circulaires... Un groupe cohérent ( pas forcément homogène) fonctionne à 18 comme à 40 si le professeur sait fixer la règle du jeu... et par exemple fournir aux moins bons des moyens de ne jamais perdre la face , voire de remonter leur pente. Les "élèves" travaillent pour ressembler aux adultes dignes de ce nom qui les respectent, mais respecter n'est pas tout admettre et si la sagesse n'a qu'un oeil, celui du maître en vaut deux...."

Travaillez bien. wink
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Coué d'été - par JPG le 06/08/2010 - 20:31

Tout va bien ! wink
mad
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Barbarie, République - par JPG le 14/07/2010 - 15:51

La très pertinente Natacha Polony a, après la mort d'un citoyen lynché parce qu'il voulait que soit rédigé un constat amiable, commis un excellent article sur son blog.
En voici quelques extraits.
                                                 

La photo montre un jeune marié souriant, qui met en avant cet anneau d’or à sa main gauche. Un beau garçon, raie au milieu et cravate blanche. Il a la vie devant lui. Et pourtant il est mort. Devant sa femme et sa mère, dans le décor sordide d’une bretelle d’autoroute, ponctué au loin par les barres d’immeubles de la cité des Mureaux. Lynché, frappé, massacré. Simplement parce qu’il exigeait un constat pour un banal accrochage.
[...]

Cela s’appelle la civilisation, et c’est ce qui garantit à chaque citoyen qu’il peut circuler partout sur le territoire de la République, et que partout celle-ci fait régner la loi que nul n’ignore. Ce qui signifie d’ailleurs que la loi seule ne suffit pas. Car celui qui l’enfreint, au moment où il le fait, se moque absolument de la sanction. La loi ne suffit pas si elle n’est pas assortie de la conscience que cette loi délibérée en commun est le frein que nous acceptons d’imposer à nos pulsions en échange de la possibilité de vivre en paix, les uns à côté des autres. Il y aura toujours des voleurs, des tricheurs ou des assassins, qui choisissent sciemment d’enfreindre la loi. Au moins peut-on se dire qu’ils mesurent les risques et savent ce qu’ils font. Il y aura toujours des fous et des meurtriers, relevant de la psychiatrie, plus que de la prison. Et l’on peut déplorer que ceux-là ne soient pas pris en charge comme ils le devraient.

Mais tout cela n’est pas la barbarie. Quand, en revanche, des individus sont mus par des pulsions incontrôlées, par des instincts, celui du territoire ou celui du clan, que ne vient pas réfréner la conscience de l’humanité de l’autre, quand ces individus ne trouvent pour explication de leur geste que des expressions toutes faites, «j’ai pété les plombs», «j’avais la haine …, on peut parler de barbarie. Quand un père de famille est frappé à mort devant les siens parce qu’il photographiait un lampadaire, et que des petits trafiquants y ont vu une atteinte à leur tranquillité, quand un homme est cogné à coups de barre de fer jusqu’à en rester handicapé à vie, parce qu’on veut lui voler sa voiture, on peut parler de barbarie. Car ces comportements impliquent que ceux qui les développent ne se sentent pas appartenir à la civilisation, qu’ils ne se trouvent rien de commun avec leur victime, qui n’est plus qu’un autre, anonyme et ennemi.

Et bien sûr, se pose la question cruciale : comment en est-on arrivé là ? Les spécialistes de la dénégation répondront que la violence a toujours existé, que les médias montent en épingle des faits divers malheureux pour de sordides intérêts électoralistes. Mais les récupérations politiques n’inventent pas les faits, elles se contentent de les exploiter. Et si la violence a toujours existé, du moins peut-on dire qu’en Europe, depuis les temps barbares qui marquèrent la chute de l’Empire romain, et si l’on excepte la violence spécifique des guerres, grandes boucheries militaires ou guerres civiles, la violence ordinaire tendait à régresser. Sans doute peut-on même émettre l’hypothèse que la deuxième moitié du vingtième siècle a représenté, en Europe occidentale, un moment où le pacte social avait atteint son plus haut degré d’achèvement. La conjonction d’une éducation généralisée, d’une morale – chrétienne ou laïque – qui imprégnait encore les discours familiaux, et de l’adhésion du plus grand nombre à un modèle social et politique fait d’équilibre entre les contributions de chacun et le degré de protection qui lui était accordé, explique qu’il y eut là, en cet endroit et en cette période, une suspension de cette loi de la jungle qui fut le lot de la majeure partie de l’humanité depuis la nuit des temps.
[...]

La faute à la famille, à la télévision, à l’école, au chômage ou la mondialisation ? Un peu de tout cela, sans doute. La famille, où des parents sont persuadés que leur chère progéniture doit apprendre la loi de la jungle parce que, voyez-vous, les autres le font bien, et parce que c’est le moyen le plus efficace de tirer son épingle du jeu ; la télévision, qui abreuve les enfants d’images rutilantes de tout ce qu’ils n’ont pas mais qu’il faut posséder pour se sentir exister ; l’école, qui a renoncé a transmettre des savoirs et des valeurs et à demeurer le lieu de la confrontation première avec la loi et la sanction ; le chômage et la mondialisation, parce que les écarts de richesse sont incommensurables, par rapport à ce qu’ils étaient dans les années 1950-1960, et parce que d’avoir décidé que cette Europe qui devait protéger les peuples n’adopterait aucune barrière, on a trahi sa vocation originelle. Mais on peut y ajouter la responsabilité de ceux qui, depuis des années, ont minimisé cette dérive vers la barbarie, les promoteurs de «la révolte politique» cachée derrière ces voitures brûlées et ces «émeutes», les apôtres de la «prévention» qui exclut toute sanction, les censeurs prêts à dénoncer la «stigmatisation d’une population» (et la famille du jeune Mohamed doit être bien aise que de belles âmes aient empêché sa stigmatisation…), et tous ceux, plus largement, que se pincent le nez et se bouchent les oreilles quand ils entendent le mot «morale».

Car la République fut conçue pour des individus doués de sens moral. Ceux-là seuls peuvent la faire vivre. Les barbares ne peuvent que la faire mourir.

Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Les imposteurs - par JPG le 18/06/2010 - 09:26

"Pas de tristesse, pas de désolation, surtout pas de colère. Ce serait trop donner à ces hommes qui ne savent rien offrir [...]le je-m'en-foutisme est la seule bannière sous laquelle cette équipe est capable de rassembler. L'équipe de France va très probablement prendre la porte et sceller une faillite immense, celle d'un sélectionneur, d'un système fédéral et d'une génération de faux cadres."
Une de l'Equipe, vendredi 18 juin 2010.



Qui s'étonne ?


- La FFF s'est obstinée à confirmer Domenech au poste clé de sélectionneur.
- Celui-ci s'obstine à faire jouer des types au QI limité, violents verbalement (au moins...), irrespectueux de leur femme, de leurs enfants, des supporters, de leur pays.
- Qu'un sorte du lot par son intelligence du vivre ensemble et du jeu (Gourcuff), on l'écarte.
- Que la secrétaire des sports de la République déplaise à ces messieurs en regrettant publiquement le luxe dans lequel on les plonge, ils refusent de la croiser.
Qui s'étonne de ce qui éclate au grand jour ?
Tout ce spectacle est à l'image de celui que donnent nos "représentants" politiciens, irrémédiablement coupés du peuple.
La France n'est plus qu'une république bananière. Encore combien de temps le tolérerons-nous ?
Une proposition pour tourner la page.
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Frédéric Dard, San Antonio - par JPG le 11/06/2010 - 19:34

Je viens de recevoir l'album "Frédéric Dard, mon père", écrit par sa fille Joséphine Dard.

"À cette époque, tu écrivais "Faut-il tuer les petits garçons qui ont les mains sur les hanches ?*", un livre où tu décrivais l'enlèvement de la belle-fille d'un écrivain. Et soudain la réalité pulvérise ta fiction¨**. Ta vie et le roman que tu es en train d'écrire ne font qu'un... Tout est flou. Ce n'est pas toi qui débarques au cœur de ton roman, comme chaque matin. Ce matin, c'est ton roman qui fait irruption dans ta vie. Une question te hante à laquelle tu n'auras jamais la réponse : as-tu provoqué ce rapt en l'écrivant ou as-tu pressenti ce qui allait arriver ? Un lien existe, tu le sais, tu le sens, mais tu ne peux l'expliquer".

* C'est le roman de cet écrivain que je préfère. Je ne saurais trop vous en recommander la lecture.
** Joséphine, la fille de Frédéric Dard, est enlevée... L'écrivain exprime qu'une partie de lui est morte ce jour-là.

Quelques citations de cet humaniste :

Vis ton présent, et laisse ton passé pour l'avenir.
Il faut mourir pour mesurer pleinement son degré de popularité.
Une main tendue c'est pas facile à repérer dans la forêt de bras d'honneur qui nous environne.
Moi j'appelle un chat une chatte.
Il y a tellement de rebondissements dans mes livres qu'on les croirait en caoutchouc.
Quand j'entends discourir les cons au restaurant, je suis affligé, mais je me console en songeant qu'ils pourraient être à ma table.
Dieu a créé le monde en cinq jours, le sixième il a fait le con.
Je ne suis pas un géant mais un obèse de la littérature.
Être est plus indispensable qu'avoir. Le rêve, c'est d'avoir de quoi être.
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Cloches - par JPG le 02/06/2010 - 19:02

• Sur une initiative de la mairie de Chambéry, le 12 juin à 12 heures, toutes les cloches de France sonneront pour le 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la France.
Vous aussi, sonnez pour la Savoie en cliquant sur la cloche.



• Un qui n'est pas cloche mais se les fait (mollement...) sonner c'est le coureur cycliste Cancellara, récent vainqueur haut-la-main de deux courses difficiles, le Tour de Flandres et Paris-Roubaix. Voici l'analyse de l'ancien coureur Cassani, qui l'accuse d'avoir utilisé une assistance électrique ; jugez plutôt en visionnant la vidéo ci-dessous...
Comme le disait quotidiennement Philippe Meyer sur France Inter : "Nous vivons une époque moderne, le progrès fait rage." wink

Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !


Share
DébutPrécédent10 pages precédentes [ 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ] SuivantFin
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 4707 membres


Connectés :

( personne )
jpg-info.net et vous

Ajouter aux favoris Recommander ce site Ecrire au Webmaster Statistiques


  visiteurs

  visiteur en ligne


Record de visiteurs simultanés

le 14/11/2018 - 19:48
^ Haut ^