Billets

Pour un salaire maximum - par JPG le 05/05/2009 - 18:48



À l'attention de M. le président de la République, Nicolas Sarkozy

Avec la crise économique a surgi le débat sur le salaire maximum qui aurait été jugé totalement ringard voici encore quelques mois.
Pourtant, cette proposition est de bon sens. Elle est même un symbole indispensable si les dirigeants veulent montrer qu’ils ont compris quelque chose au marasme actuel et qu’ils ne souhaitent pas que tout revienne « comme avant ».
Le salaire maximum, ou mieux, la rémunération maximale, intégrant bonus et primes, est presque une nécessité : le salarié le mieux payé d’une entreprise vit dans la même société que celui qui est le plus mal payé. Si le premier gagne, comme c’est le cas aujourd’hui, 300 ou 400 fois, voire 5 ou 600 fois plus que le second, il n’a aucune chance de comprendre son univers et donc de prendre des décisions raisonnables qui le concernent. Conscient du problème, l’écrivain George Orwell avait proposé que le salaire du chef d’entreprise ne puisse jamais être plus de dix fois celui de l’ouvrier le plus mal payé.
Pour Henry Ford, qui avait compris qu'il valait mieux fabriquer des 2 CV que des Jaguar, la bonne proportion était 40 fois.
Dans la France de 2009, cela représente environ 500 000 euros de rémunération annuelle, ce qui est déjà une somme motivante. Le plafond pourrait être instauré par la loi ou par une mesure fiscale comme aux États-Unis, taxant à 80 ou 90% les revenus au-delà d’un certain niveau. Bref, la méthode se discute, mais le principe doit s’imposer au législateur le plus vite possible.

Premiers signataires : Samir Amin (économiste), Philippe Cohen (journaliste), Eric Conan (journaliste), Laurent Cordonnier (économiste), Liêm Hoang-Ngoc (économiste), Frédéric Lordon (économiste), Bernard Maris (économiste), Hervé Nathan (journaliste), Dominique Pilhon (économiste), Christophe Ramaux (économiste), Gilles Raveaud (économiste), Bertrand Rothé (économiste), Maurice Szafran (journaliste), Jacques Sapir (économiste), Henri Sterdyniak (économiste), Bruno Tinel (économiste), Michel Le Net (président d'honneur du Cercle d'Éthique des Affaires), Guillaume Duval (journaliste).
Soutenus par : Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Glavany, Jean-François Kahn, Marie-Noëlle Lienemann, Jean-Luc Mélenchon, Alain Liepietz.

Pour signer vous aussi cette pétition, cliquez ici.
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Qui avait raison ? - par JPG le 07/04/2009 - 19:47

Voici retranscription d'un article réjouissant paru sur Slate :

Dans une chronique enlevée sur le site Business Week, Bruce Nussbaum doit faire face à la dure réalité : la France avait raison. Avec une touche de mauvaise foi, il reprend point par point l'avis des Français, et donc le bon.

La guerre en Irak : Les Français prétextaient qu'il n'y avait aucune raison et pas d'armes de destruction massive, et ils avaient raison.

Le capitalisme et le marché financier néo-libéral : Les Français voulaient plus de régulation et moins de mondialisation quand les Américains ne voulaient aucune régulation et une mondialisation totale. Les conséquences de la crise montrent que les Français avaient raison.

Le système de santé : le système américain d'assurance est deux fois plus cher que le système français et donne des résultats moins satisfaisants. Le système de santé français est meilleur et les Français ont raison.

Le vin : Les Français ont toujours dit que le vin était bon pour la santé. Les États-Unis ont dépensé des millions dans la recherche afin prouver que le vin est bon pour le cœur. Les Français avaient raison.

La nourriture : Les Français ont toujours consommé des produits locaux, de saison. Les Américains commencent tout juste à le comprendre. Les Français avaient raison.

Un peu de patriotisme tout de même pour conclure cet article : selon Business Week, la France a encore besoin d'entrepreneurs prêts à prendre des risques, et un noir à la tête du gouvernement ne serait pas envisageable. Bruce Nussbaum conclut tout de même : « Nous sommes tous Français maintenant ».

Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Qui avait raison ? - par JPG le 07/04/2009 - 19:47

Voici retranscription d'un article réjouissant paru sur Slate :

Dans une chronique enlevée sur le site Business Week, Bruce Nussbaum doit faire face à la dure réalité : la France avait raison. Avec une touche de mauvaise foi, il reprend point par point l'avis des Français, et donc le bon.

La guerre en Irak : Les Français prétextaient qu'il n'y avait aucune raison et pas d'armes de destruction massive, et ils avaient raison.

Le capitalisme et le marché financier néo-libéral : Les Français voulaient plus de régulation et moins de mondialisation quand les Américains ne voulaient aucune régulation et une mondialisation totale. Les conséquences de la crise montrent que les Français avaient raison.

Le système de santé : le système américain d'assurance est deux fois plus cher que le système français et donne des résultats moins satisfaisants. Le système de santé français est meilleur et les Français ont raison.

Le vin : Les Français ont toujours dit que le vin était bon pour la santé. Les États-Unis ont dépensé des millions dans la recherche afin prouver que le vin est bon pour le cœur. Les Français avaient raison.

La nourriture : Les Français ont toujours consommé des produits locaux, de saison. Les Américains commencent tout juste à le comprendre. Les Français avaient raison.

Un peu de patriotisme tout de même pour conclure cet article : selon Business Week, la France a encore besoin d'entrepreneurs prêts à prendre des risques, et un noir à la tête du gouvernement ne serait pas envisageable. Bruce Nussbaum conclut tout de même : « Nous sommes tous Français maintenant ».

Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Qui avait raison ? - par JPG le 07/04/2009 - 19:47

Voici retranscription d'un article réjouissant paru sur Slate :

Dans une chronique enlevée sur le site Business Week, Bruce Nussbaum doit faire face à la dure réalité : la France avait raison. Avec une touche de mauvaise foi, il reprend point par point l'avis des Français, et donc le bon.

La guerre en Irak : Les Français prétextaient qu'il n'y avait aucune raison et pas d'armes de destruction massive, et ils avaient raison.

Le capitalisme et le marché financier néo-libéral : Les Français voulaient plus de régulation et moins de mondialisation quand les Américains ne voulaient aucune régulation et une mondialisation totale. Les conséquences de la crise montrent que les Français avaient raison.

Le système de santé : le système américain d'assurance est deux fois plus cher que le système français et donne des résultats moins satisfaisants. Le système de santé français est meilleur et les Français ont raison.

Le vin : Les Français ont toujours dit que le vin était bon pour la santé. Les États-Unis ont dépensé des millions dans la recherche afin prouver que le vin est bon pour le cœur. Les Français avaient raison.

La nourriture : Les Français ont toujours consommé des produits locaux, de saison. Les Américains commencent tout juste à le comprendre. Les Français avaient raison.

Un peu de patriotisme tout de même pour conclure cet article : selon Business Week, la France a encore besoin d'entrepreneurs prêts à prendre des risques, et un noir à la tête du gouvernement ne serait pas envisageable. Bruce Nussbaum conclut tout de même : « Nous sommes tous Français maintenant ».

Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Qui avait raison ? - par JPG le 07/04/2009 - 19:47

Voici retranscription d'un article réjouissant paru sur Slate :

Dans une chronique enlevée sur le site Business Week, Bruce Nussbaum doit faire face à la dure réalité : la France avait raison. Avec une touche de mauvaise foi, il reprend point par point l'avis des Français, et donc le bon.

La guerre en Irak : Les Français prétextaient qu'il n'y avait aucune raison et pas d'armes de destruction massive, et ils avaient raison.

Le capitalisme et le marché financier néo-libéral : Les Français voulaient plus de régulation et moins de mondialisation quand les Américains ne voulaient aucune régulation et une mondialisation totale. Les conséquences de la crise montrent que les Français avaient raison.

Le système de santé : le système américain d'assurance est deux fois plus cher que le système français et donne des résultats moins satisfaisants. Le système de santé français est meilleur et les Français ont raison.

Le vin : Les Français ont toujours dit que le vin était bon pour la santé. Les États-Unis ont dépensé des millions dans la recherche afin prouver que le vin est bon pour le cœur. Les Français avaient raison.

La nourriture : Les Français ont toujours consommé des produits locaux, de saison. Les Américains commencent tout juste à le comprendre. Les Français avaient raison.

Un peu de patriotisme tout de même pour conclure cet article : selon Business Week, la France a encore besoin d'entrepreneurs prêts à prendre des risques, et un noir à la tête du gouvernement ne serait pas envisageable. Bruce Nussbaum conclut tout de même : « Nous sommes tous Français maintenant ».

Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

13et3 - par JPG le 17/03/2009 - 18:50

Après l'affaire Williamson, après l'ex-communication des parents de la petite brésilienne acceptée par le Vatican, Benoît XVI a déclaré ce mardi que la solution contre le SIDA ne passait pas par l'usage du préservatif mais par "un réveil spirituel et humain". "Au contraire, leur utilisation aggrave le problème".

Le mieux serait sans doute, de mon point de vue, qu'on cesse de prêter attention aux déclarations de cet homme hors de notre monde actuel et hors des préceptes tirés des évangiles, finalement "bon" représentant de ce qu'est devenue l'Église, intolérante*.

* Un exemple, le refus dans bien des paroisses de baptiser les très jeunes enfants.
Commentaires   1 commentaire, cliquez pour voir et/ou ajouter le vôtre !

Initiative contre l'illettrisme - par JPG le 19/02/2009 - 19:27

Depuis quelques jours, Google a lancé un nouveau portail avec de nombreuses ressources sur l’illettrisme. Ce site a été lancé à l’occasion de la rencontre internationale UNESCO – ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme) du 11 au 13 février 2009 à Lyon.
Le portail « Initiative contre l’illettrisme », accessible à l’adresse google.fr/literacy, est une plateforme collaborative en français à des destinations des enseignants, des institutions, des professionnels et du grand public concerné par ce problème. On peut y trouver des vidéos pédagogiques, des articles universitaires, des extraits de livres, des blogs, etc. En plus des ressources, les internautes peuvent échanger leurs idées et projets sur l’illettrisme en collaborant au site.
Marie-Thérèse Geffroy, directrice de l’ANLCI, se félicite de cette initiative : « Nous nous réjouissons du lancement du site Google "Initiative contre l’illettrisme" en français pour mieux faire connaître la réalité de l’illettrisme, ceux qui y sont confrontés, l'importance du phénomène, les moyens de le prévenir et de le combattre en informant sur ce qui marche, en stimulant les échanges de bonnes pratiques dans le réseau francophone de prévention et de lutte contre l'illettrisme. Le site rendra l'accès plus simple et plus rapide à ces informations indispensables pour agir plus efficacement ».
Billet issu des infos de l'Infobourg.
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Dictée en seconde - par JPG le 15/02/2009 - 11:12

L'association "Sauvez les lettres" a réalisé à la rentrée une dictée pour les élèves de seconde. Les enseignants ont soumis à un échantillon représentatif de 1 348 élèves de seconde une dictée d'une vingtaine de lignes. Pour être crédible, le test a été soumis à des élèves « mélangés » : en banlieue, en centre-ville, en province. L'exercice a été pioché dans les épreuves du brevet des collèges de 1976. Les notes glanées par les lycéens de 2008 au terme de l'exercice, selon le même barème que leurs « ancêtres » de 1976 (un point en moins pour une faute sur un mot deux points pour une faute de grammaire), donnent en tout cas le cafard. Près de deux tiers des élèves ont eu zéro. À peine 14% s'en tirent avec la moyenne. Près d'un élève sur deux aligne plus de quinze fautes, et près d'un sur trois, plus de vingt. En tête : les fautes d'accord et de conjugaison. Ce qui est grave : plus que la seule orthographe, les élèves ne maîtrisent pas le fonctionnement logique de la langue. Huit ans après son entrée au cours préparatoire, un lycéen de seconde sur deux ne reconnaît ainsi toujours pas le complément d'objet direct...
Le même texte avait déjà été dicté en seconde, dans les mêmes conditions en 2000 puis en 2004 : en quatre ans, le nombre de copies notées zéro avait augmenté de plus de 28%. Cette fois, s'interroge le collectif, la baisse de niveau est moins spectaculaire, mais peut-on encore descendre plus bas ?

L'article du Figaro du 30 janvier
Site du collectif Sauvez les lettres
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Performances des élèves de CM2 - par JPG le 01/02/2009 - 11:59

La direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l'éducation nationale a fait paraître en décembre 2008 une note de comparaison des performances des élèves de CM2 sur vingt ans :
http://www.education.gouv.fr/cid23433/lire-ecrire-compter-les-performances-des-eleves-de-cm2-a-vingt-ans-d-intervalle-1987-2007.html

Résumé :
"On constate sur vingt ans une baisse significative des performances des élèves dans les trois compétences qui font l'objet de cette enquête.
En lecture, les résultats sont stables de 1987 à 1997 ; en revanche, on observe une baisse significative du score moyen entre 1997 et 2007, plus prononcée pour les élèves les plus faibles.
La situation est différente en calcul : une baisse importante des performances, touchant tous les niveaux de compétences, est observée de 1987 à 1999 ; puis, de 1999 à 2007, les résultats stagnent.
Concernant l’orthographe, le nombre d’erreurs, essentiellement grammaticales, constatées à la même dictée a significativement augmenté de 1987 à 2007."

Je relève que les plus touchés par la diminution de performance sont les élèves les plus faibles et que la baisse constatée en orthographe a trait au sens, à la structure de la langue.
Que celles et ceux qui, en dépit de la réalité constatée, persistent à tenir un discours décalé et coupable se mettent au travail pour redresser la barre.
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !

Renouveau - par JPG le 29/01/2009 - 18:34

reve.jpg
Commentaires   Cliquez pour ajouter un commentaire !


Share
DébutPrécédent10 pages precédentes [ 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ] SuivantFin
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 4707 membres


Connectés :

( personne )
jpg-info.net et vous

Ajouter aux favoris Recommander ce site Ecrire au Webmaster Statistiques


  visiteurs

  visiteurs en ligne


Record de visiteurs simultanés

le 14/11/2018 - 19:48
^ Haut ^